Nous pensons que d'autres politiques économiques
sont possibles. Entrez dans le débat citoyen avec nous.

  • rss
  • facebook
  • twitter
  • rss

Question sur le monopole de la création monétaire

Question : Je voudrais savoir si, dans le cadre de votre association, le débat sur le monopole de la monnaie est à l'ordre du jour. Je pense à l'idée proposée par Bernard Lietaer de développer les monnaies alternatives, non seulement au niveau local ou régional, mais aussi au niveau nationales et européennes.

Autrement dit la remise en question du monopole bancaire sur la création monétaire est-elle à l'ordre du jour?
Cette piste  de réflexion me semble particulièrement prometteuse car elle semble correspondre au changement de paradigme dont nous avons besoin. Elle a notamment l'avantage de pouvoir être utilisée à plusieurs niveaux: remède anti-récession pour les PME, développement de nouvelles filières industrielles, développement de la solidarité citoyenne... 
Bien cordialement, 
Felipe

Réponse: Monsieur,
Malheureusement ce n'est pas aussi simple et ce n'est globalement pas une bonne idée du tout.
Toute monnaie est fondée essentiellement sur la confiance et cette confiance vient notamment du fait qu'elle est acceptée par tous comme un équivalent général. Un billet de 500 euros coûte quelque centimes à fabriquer et créer de la monnaie pour une banque en accordant un crédit de 500 euros ne coûte également presque rien. Mais ce billet de 500 euros ou ce crédit de 500 euros est considéré comme "valant" 500 euros parce qu'on a confiance dans l'institution monétaire, confiance dans cette monnaie. Cette confiance repose premièrement sur la définition et la régulation de la monnaie par les autorités politiques (banque centrale et Etat) qui font de la monnaie un bien publique et sur le fait que les banques privés n'ont pas intérêt à créer trop de monnaie car elles gagnent leur vie non sur la création monétaire qui est pour elles une dette, mais lorsque cette monnaie est détruite (remboursée) et que des intérêts ont été versés. Ce sont les intérêts qui sont le seul revenu des banques sur la création monétaire. Si elles prêtent à des personnes qui ne remboursent pas (cas de la Grèce aujourd'hui), elles connaissent des pertes pour ces montants non remboursés. Donc la confiance est basée sur le fait que nous ne pouvons créer nous-mêmes (ménages ou entreprises) cette monnaie et sur une certaine rareté de celle-ci que les banques maintiennent car elles n'ont intérêt qu'à financer les projets rentables. Le monopole des banques est donc absolument essentiel car il assure un lien entre la création de monnaie (un pouvoir d'acheter ou une demande) et la création de valeur par le travail (ce que l'on peut acheter ou une offre). Sans une relation forte entre ces deux éléments, la monnaie ne vaudrait rien. Sinon on donnerait de l'argent à tout le monde si c'était aussi simple... Les banques sont des entrepreneurs en monnaie qui sont payées pour cela (les taux d'intérêt) et c'est normal. Il faut arrêter de fantasmer sur une spoliation par les banques. Faire payer 2,9 % aujourd'hui à l'Etat français pour un prêt à 10 ans quand l'inflation est à plus de 2 % c'est un cadeau. Alors qu'acheter des chaussures de sports à la mode à 150 euros quand elles coûtent 3 euros à fabriquer, où est le vrai escroc? Par contre les Economistes Atterrés réclament bien sûr un meilleur contrôle des banques pour qu'elles fassent ce travail de financement de l'économie et de la production de valeur et pas un autre (la spéculation). Nous militons également pour un secteur bancaire public qui serait interdit de spéculation sur les marchés financiers. La monnaie doit rester un service et un bien public.  
Une monnaie alternative ne peut exister sur vos critères car elle serait créée par des agents non financiers, vous, moi, des entreprises et que personne ne serait obligé de l'accepter comme de la monnaie, comme un équivalent général, elle n'aurait de fait aucune valeur. Imaginer votre employeur, une PME vous dire qu'il vous paye avec une alter monnaie qu'il créerait lui-même ou que vous créeriez? Qui l'accepterait? Les tentatives pour créer un réseau de confiance entre des personnes ne se connaissant pas serait très vite limitées et ne pourrait tenir que si la valeur de ces alter monnaie était fondée sur des marchandises ou des actifs quelconques ce qui en ferait de l'épargne et pas de la monnaie. La confiance nécessite le monopole.
Les tentatives comme les SEL (monnaie locale où je paye mon boucher avec des heures de cours d'économie données à son fils...) sont pires car elles sont un moyen de faire des échanges sans payer les taxes et charges normalement dues. Elles sont donc un simple moyen d'évasion fiscale, de "travail au noir" fragilisant l'Etat, les services publics et toute vision sociale de la société (cf. la Grèce). Ce n'est pas un progrès mais une régression de la vision collective. Car justement la monnaie est un projet collectif, un bien public qu'il faut préserver.
Ceux qui ont essayé ou qui proposent de remettre en cause le monopole public de la monnaie sont les ultralibéraux en particulier les penseurs autrichiens comme Hayek (théorie du free banking). Thatcher avait défendu un projet comme cela pour l'Union Européenne à la fin des années 1980. Elle voulait créer des monnaies privées gérées par des banques privées en concurrence et supprimer les banques centrales et leur régulation monopoliste. Cela a existé aux USA à la fin du XIXè siècle et cela a été une suite de crises bancaires et de remises en cause de ces monnaies privées aboutissant à la création d'une banque centrale pour réguler le dollar : la Fed en 1913.
Bien cordialement,
Edwin le Héron

 

Qui sommes-nous ?

Nous sommes économistes et nous sommes atterrés.

Dernier communiqué

Après trois années où la politique d’austérité est passée principalement par des hausses d...... Lire la suite

Adhérez en ligne à l'association Les Économistes Atterrés

Nos livres

Changer l'Europe!
Changer l'Europe!
Notre ouvrage collectif de propositions pour l'Europe
Changer d'économie, format poche
Changer d'économie, format poche
Collection Babel
La richesse, la valeur et l'inestimable
La richesse, la valeur et l'inestimable
Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste
A quoi sert la Banque centrale européenne?
A quoi sert la Banque centrale européenne?
Dans la collection Réflexeeurope, série Débats
Manifeste d'économistes atterrés
Manifeste d'économistes atterrés
Plus de 80 000 exemplaires vendus
L'Europe mal-traitée
L'Europe mal-traitée
Refuser le Pacte budgétaire et ouvrir d'autres perspectives

Lettre d'information

Recevez toutes nos actualités et annonces par courriel en renseignant votre adresse e-mail ci-dessous.